Historique Service correctionnel du Canada

En 2000 le Service correctionnel du Canada a décidé de se doter d’un moyen supplémentaire hors de l’ordinaire afin de favoriser son succès dans le cadre de sa stratégie anti-drogue. Le SCC souhaite ainsi assurer à sa population carcérale et au public en général un milieu sans drogue améliorant ainsi les possibilités de réinsertion sociale des délinquants.

Quel est cet outil additionnel sur lequel le SCC fonde beaucoup d’espoir dans l’atteinte d'un milieu sans drogue ?

Eh bien depuis 2001, le Service correctionnel du Canada a commencé à doter chacun de ses établissements carcéraux du Canada de cet outil vraiment original et efficace, soit :

« des équipes de chiens détecteurs (SCD) »

C’est à la suite d’un processus de sélection effectué par voie de concours interne que le SCC s’est doté d'une équipe cynophile dans chacun de ses établissements. Pour ce faire le Service n’a pas hésité à se tourner vers les spécialistes du domaine de la détection canine en Amérique du Nord, soit le Service d’apprentissage de chiens détecteurs de Douanes Canada, (maintenant renommé l’Agence des services frontaliers du Canada A.S.F.C.)

Avec plus de 25 années d’expérience dans le domaine de la détection canine, l’Agence des Services frontalier et leurs maîtres instructeurs a permis la formation des 50 équipes de chiens détecteurs du service Correctionnel au Canada.

Après une formation intense et approfondie d’une durée de 10 semaines au Collège national des Douanes à Rigaud, les équipes SCD (service de chiens détecteurs) ont commencé graduellement à faire leurs entrées dans chacun des établissements à sécurité maximum, moyen et minimum du Service correctionnel du Canada.

L’impact de ces nouvelles équipes de détection n’a pas tardé à se faire sentir dans les établissements. Les chiffres sont là pour le prouver. En effet depuis 4 ans plusieurs saisies ont été effectuées par les 11 équipes canines de la région du Québec et ont permis de retirer de la circulation carcérale 8813.45 grammes (ce qui est énorme pour le milieu carcéral) de stupéfiants pour une valeur carcérale d'environ 958 040$.

Cependant le travail de ces équipes de détection ne s’arrête pas là. En effet, désirant être proactif dans le domaine de la prévention toujours dans le cadre de sa stratégie anti- drogue, le SCC a demandé à ses maîtres-chiens, accompagnés de leurs partenaires exceptionnels de favoriser la prévention par rapport à la consommation de stupéfiants. Ainsi, par des activités   de prévention, chacune des équipes SCD s’implique dans sa communauté locale et/ou régionale en présentant des conférences et des démonstrations afin de sensibiliser la collectivité, et particulièrement les jeunes, quant aux dangers que représentent la consommation et le trafic de stupéfiants.

Pour favoriser un haut niveau de performance et de professionnalisme au sein de ses équipes cynophiles, le Service correctionnel du Canada, région du Québec, n’a pas hésité à permettre à chacun de ses maîtres-chiens de devenir membre actif au sein de l’association des Maîtres-Chiens Policiers du Québec (AMCPQ).

Cette association qui a vu le jour en 2000 regroupe l’ensemble des maîtres-chiens policiers de l’Est du Canada, dont la majorité se retrouve au Québec. Les membres de l’AMCPQ proviennent principalement des organismes d’application de la loi, tel que la GRC, la Sûreté du Québec, les services de police municipaux, l’ASFC, les agents de la faune du Québec, l'Agence Canadienne d'inspection des aliments ainsi que différentes organisations de la région de l’Atlantique et bien sûr les maîtres-chiens du SCC, région du Québec.

L’équipe des maîtres-chiens du Service Correctionnel du Canada région Québec et Atlantique lors du séminaire annuel de l’AMCPQ ( Août 2003).

Assurément on retrouve au sein d’un tel regroupement un immense bassin d’expérience et de connaissances, du domaine des chiens de travail. Toutefois ce qui caractérise l’Association des maîtres-chiens policiers du Québec est bien la passion que chacun de ses membres démontre dans l’accomplissement de son travail et dans la complicité qu’il développe avec son partenaire à quatre pattes.

C’est d’ailleurs cette passion et cette complicité qui a amené les membres de l’AMCPQ à poser un pas de plus dans leur désir de s’impliquer davantage dans la collectivité par le biais du monde canin en décidant en 2003 d’agir concrètement auprès des personnes ayant des besoins spécifiques.

Or quelle cause épouser, qu’est-ce que la passion et la complicité des maîtres avec leurs toutous pourraient-elles servir à son meilleur? Pour les maîtres-chiens policiers, il n’y a pas de plus belle cause sociale permettant cette chimie que la Fondation Mira et ses chiens exceptionnels qu’ils mettent au service des personnes souffrant de cécité ou aux prises avec une mobilité restreinte.

En octobre 2003, les maîtres-chiens du SCC, région du Québec et membres de l’association des maîtres-chiens policiers du Québec ont donc accepté, au nom de l’association de prendre la responsabilité d’organiser, de planifier et de coordonner une campagne de financement au profit de la Fondation Mira.

Dès lors se met en branle toute une équipe où chaque organisme de l’AMCPQ était représenté et ces membres sont venus se greffer à l’équipe du SCC. Ainsi, plus de cinquante maîtres-chiens policiers se sont investis dans la vente de calendriers au profit de la Fondation Mira.

Pour une première campagne, l’AMCPQ s’était fixé un objectif raisonnable, à savoir réussir à financer un chien Mira, soit environ 20,000$. Avec le souci de motiver tous les membres de l’association, les onze maîtres-chiens du SCC, région du Québec, ont amassé 6,500$, et pour l’ensemble des membres de l’association, c’est un montant de 24,052$ qui fut recueilli.

Mission accomplie..! Quelle fierté pour chacun des membres de l’Association des Maîtres-chiens Policiers du Québec…

Présentement nous sommes à l’œuvre dans notre deuxième campagne, pour l’année 2005-2006…L’AMCPQ souhaite encore recueillir un montant similaire au précédent par la vente, cette fois-ci, de paquets de sous verres où nous retrouvons évidemment l’objet.

Au plaisir de vous rencontrer et de vous présenter nos complices à quatre pattes…

Membres de l’AMCPQ lors d’une rencontre avec la Fondation Mira en marge d’une entente pour le financement de cette dernière